Quetrupillan, parcs El Cañi et Huerquehue (Pucon)

Classé dans : Chili | 5

Hola,

6000. C’est en mètres le dénivelé positif et négatif parcouru en 3 jours au travers du volcan Quetrupillan et des parcs El Cañi et Huerquehue. Une bonne reprise du trek après une longue pause et avant ce qui nous attend.

Tout a commencé en ce dimanche de très beau temps. Comment savoir s’il fait beau à Pucon ? Regardez vers le sud, et si vous voyez ça, c’est qu’il fait beau !

IMG_8263

Nous posons nos sacs à l’hôtel French Andes, un endroit super sympa, tenu par un français super cool, Vincent, et qui nous a permis de faire de belles rencontres. Nous montons notre tente dans le jardin et filons à l’agence tenue par le même Vincent pour nous renseigner sur les ascensions de volcan. L’idée de départ était de grimper le Villarica. Mais nous avons opté pour l’ascension du Quetrupillan car moins cher, moins attraction à touristes et bénéficiant d’une meilleure vue une fois là-haut. Rendez-vous est pris le lendemain pour réaliser l’ascension.

Seulement voilà, dans la vie on ne fait pas forcément ce que l’on veut, surtout quand le dieu Râ a décidé de bouder. On se lève le lundi matin et on s’aperçoit que le plafond est très bas (langage de parapentiste, tu peux pas test frère) et en plus, il pleut. On file à l’agence et la sentence tombe : sortie annulée.

Après maintes tergiversations, nous décalons au lendemain. Puis dépités,  nous resterons toute la journée à ne rien faire d’autre qu’à s’enfiler un paquet de chips Lay’s saveur barbecue.

On vous a eu. Vous êtes beaucoup trop crédules. Faites attention quand même.

On prend nos maillots de bain et non sans quelques difficultés, on file aux thermes pour prendre des bains chauds (et moins chauds). 6 bassins allant de 18 à 44°C, peu de monde, parfait !

Le lendemain, nous nous levons et le soleil est bien présent. La sortie aura bien lieu !!

 

Le Quetrupillan

Bon, alors que ce soit dit, les sorties en groupe ne sont pas notre truc. Vraiment pas. Nous avons cruellement manqué de rythme pendant l’ascension, à tel point que le guide nous a plusieurs fois grondé car on quittait la ligne et qu’on avançait un peu plus vite. A la première pause, on a vu nos camarades s’empiffrer de cookies, chocolat et autres sucreries, sous nos regards mi-affligés, mi-moqueurs. On avait marché 30 minutes…

Mais l’important n’est pas là. L’important c’est ce qui nous attendait là-haut. Après 5 heures de marche entre forêt et neige (avec grosses chaussures de marche de 30 kilos chacune – j’exagère un peu, mais un vrai cauchemar ces chaussures – et piolet), nous arrivons en haut du cratère et tombons nez à nez avec le superbe volcan Lanin, qui délimite la frontière entre Chili et Argentine. Puis on se retourne, et on aperçoit le volcan Villarica,  majestueux et crachant sa fumée noire. Plus loin, une chaîne de montagne somptueuse. Vous l’aurez compris, on en prend plein les yeux. Déjeuner dans cet environnement est toujours un moment magique, extraordinaire. C’est ce que nous avons fait.

Puis ce fut le moment de la descente. Nous nous armons de nos luges, et c’est parti ! Imaginez-vous, dévalant les pentes enneigées d’un volcan, avec en face de vous le Villarica. Un moment inoubliable.

La journée se termine par un apéro sur la terrasse de l’agence, et de belles couleurs sur les joues.

Le parc El Cañi

3ème jour. Nous partons pour le parc El Cañi. Tout commence par une montée éreintante à travers une forêt assez magnifique, faut-il le préciser. Il nous reste alors à grimper au mirador en haut duquel, selon les gens avec qui nous avons pu discuter, la vue est superbe. Avant cela, petite boucle d’une heure entre les lagunes puis on fait le plein d’eau dans le lit d’une rivière pas plus large qu’un pied de mon amoureuse (pour vous donner une idée). Puis nous entamons la dernière montée pour accéder au mirador. Et là, effectivement,  c’est extraordinaire. Vous avancez de quelques mètres sur les pierres qui surplombent le mirador, vous avez le vide sous vos pieds et 3 volcans se dressent devant vous. Quelle sensation grisante d’avoir l’impression de se sentir sur le toit du monde… Mais pour nous, ce n’est évidemment pas assez. Nous allons planter notre tente et assister à un spectacle époustouflant : le coucher et le lever de soleil depuis le mirador. Nous partagerons notre bonheur avec un couple de suisses ayant eu la même excellente idée que nous. Le lever à 5h du matin vaudra évidemment le coup….

Le parc Huerquehue

Nous quittons le parc El Cañi et nous faisons raccompagner par nos suisses jusqu’au croisement avec la route menant à un autre parc : le Huerquehue. Le bus faisant la liaison depuis Pucon ne partant de là-bas qu’à 13h, et sachant qu’il est 11h, nous décidons de faire du stop. Nous avons 20 kilomètres à parcourir et avons entendu que le stop fonctionnait très bien au Chili.

Ce n’est pas 1 voiture que nous avons prise.

Ni 2 d’ailleurs.

Ce n’est pas 3 voitures que nous avons prises.

C’est 4 voitures ! Ah bah non, c’est pas 4 non plus.

5 ? Non plus.

Nous avons pris 6 voitures ! Et un presque-camion. C’est un camion qui a accepté de nous prendre, a roulé 20 mètres, s’est rendu compte qu’il s’était trompé de route, a fait marche arrière, puis nous a dit qu’il ne pouvait pas nous prendre.

Nous finissons par arriver au parc. Puis c’est de nouveau de la grimpette au travers d’une magnifique forêt. Quelques miradors sur le volcan Villarica plus tard, nous arrivons aux lagunes qui sont simplement magnifiques. Nous ferons au final une ballade de 5h bien agréable avant de rentrer à Pucon.

Ce sont 4 jours magnifiques que nous avons passés dans la région. Le plaisir de renouer avec le trek, de voir de fabuleux paysages et d’assister à un spectacle somptueux.

Nous reprenons la route en direction de l’île de Chiloe. On vous raconte ça bientôt.

Take care.

Besos.

5 Réponses

  1. Attention…ne soyez pas trop moqueurs envers les touristes aux cookies :)
    Mais continuez à partager ces instants…vraiment magnifiques !

  2. Vitrant Martine

    P…… que c’est beau !!! Merci !!! Bisous

  3. gerard michon

    Ça me rappelle trop des bons souvenirs… Vs avez fait les même parcs. Excellent. Vous n’avez pas vu de condor ni de pic a tête rouge ?
    Par contre dormir au mirador d’El cani il ne devait pas y avoir bcp d’endroit pour planter la tente…

    • On a effectivement vu un pic à tête rouge, chose rare parait-il !!
      En haut c’était plutôt facile de camper. Largement assez de place pour nous et les suisses, et en serrant un peu il restait encore de la place s’il avait fallu.
      En tout cas c’était vraiment 4 jours de dingue. On a adoré.

Laissez un commentaire