Aventures du bout du monde – Partie 2 : Puerto Williams, une semaine au bout du monde !

Classé dans : Chili | 2

Hola,

On vous raconte notre semaine riche en rebondissements et en aventures au bout du monde !

Lundi :

Atterrissage sur le tarmac de l’aéroport de Puerto Williams, ville habitée la plus australe du monde. 2000 habitants, d’un naturel et d’une gentillesse rares, et une authenticité toujours préservée contrairement à sa voisine argentine (Ushuaia) qui continue pourtant de la dénigrer, ne la considérant pas comme une ville et donc pas la ville la plus australe du monde. Jalousie qui la rend d’autant plus ridicule. Bref.

Comme attendu, le froid est bien présent, le vent aussi, mais le ciel est dégagé et le soleil bien présent. A nous faire demander si nous n’allions pas partir dans la foulée. Bien réfléchi, nous préférerons prendre le temps de préparer le trek et de faire le plein de victuailles.
Nous arrivons chez Mama Cécilia, une femme adorable, pleine d’énergie et de bonne humeur. Elle nous accueille chaleureusement dans son camping : un grand terrain derrière sa maison, muni d’une baraque dans laquelle on trouve 2 salles de bains, une cuisine et un grand salon pourvu d’un poêle. Parfait. Cécilia nous propose, compte tenu du froid qu’il fait, d’installer matelas et duvets à l’intérieur de la baraque. Nous acceptons avec plaisir et nous installons au coin du feu.
Finalement, la neige se mettra à tomber. Nous sommes en plein été, faut-il le rappeler… Renseignements pris, la neige est également prévue le lendemain. Nous pensons donc ne pas partir et attendre mercredi. Nous sommes contents de ne pas être partis aujourd’hui, parce que qu’est-ce que ça doit être là-haut ?!

IMG_9295

Nous aurons la réponse… Le soir venu, alors que nous nous préparions à aller nous coucher, nous voyons débarquer un couple de français, trempés, exténués et transis de froid. Ils nous raconteront qu’ils sont montés le matin même, qu’ils se sont retrouvés dans une tempête de neige, et qu’ils ont décidé de rentrer, et pas par le meilleur chemin ! Ça promet…

Mardi :
Pas de départ en trek donc. Nous irons faire une ballade, sous la neige, pour visiter un peu la ville.

Nous passerons beaucoup de temps près du feu (quel bonheur !) à profiter de ne pas être sous la neige à l’heure qu’il est.

IMG_20160112_150625
Sabine et Stéphanie nous proposeront de dîner tous les 4. Proposition acceptée. Ce sera gratin de pommes de terre et île flottante, le tout accompagné d’un peu de vin. Il faut prendre des forces pour le lendemain car c’est le grand départ !
Ou pas… Vers 22h, nous voyons débarquer un français et un italien, eux aussi trempés, eux aussi exténués et eux aussi transis de froid. Ils sont partis 2 jours auparavant, se sont arrêtés à un refuge, duquel ils n’ont pu sortir à cause de la neige. Ils ont décidé de faire demi-tour malgré les conditions, et s’ils avaient su ce qui les attendait, ils seraient restés au refuge. A. et moi nous regarderons, circonspects. Conseil nous sera donné de ne pas partir le lendemain. Évidemment nous ne tenterons pas le diable, ce n’est pas le but. Nouveau report…

Mercredi :
Ce sera journée pêche ! Le temps n’est pas trop mauvais, et nous avons bon espoir que cela aide à la fonte des neiges. En attendant, ce sera donc pêche sur différents spots, ce qui nous permettra de bien visiter le coin par ailleurs. On rentre bredouille mais riche d’une nouvelle expérience !

Jeudi :
On a été assez patients comme ça, il faut y aller maintenant ! Les sacs sont prêts, on se lance ! En ville le temps est moyen : il bruine un peu, mais au moins il ne neige pas. Nous commençons le trek par une première ascension pour atteindre un sommet à 600 mètres. La route se fait en forêt, et au fur et à mesure de la montée, le peu de gouttes d’eau qui filtrent au travers des arbres se transforment en flocons. Cela aurait dû nous alerter sur ce qui nous attendait. Alors que nous approchons du sommet et que nous sortons de la forêt, c’est la tempête !! Le sentier est à peine visible car recouvert de neige. La neige nous fouette le visage, tellement le vent est violent là-haut. Nous progressons comme nous pouvons mais plus nous avançons, plus il nous est difficile de repérer le sentier. Les paysages sont invisibles, et il nous arrive de nous enfoncer dans la neige jusqu’aux genoux.

C’est un calvaire et nous nous arrêtons pour évaluer la situation. Finalement décision sera prise de rebrousser chemin. Nous ne sommes pas là pour prendre des risques, juste du plaisir. Et il n’est pas au rendez-vous. Nous rentrerons en milieu de journée. Finalement nous serons rentrés en même temps que 2 autres duos de voyageurs, eux aussi ayant décidé de faire demi-tour. On sera 10 ce jour – là dans la baraque du camping, un joyeux bordel !
Alors que nous pensions nous remettre de nos émotions en restant au camping, nous décidons d’accompagner Cécilia, Sabine et Stéphane à la pêche aux oursins. En effet, Cécilia a commandé une combinaison de plongée et nous propose une sortie en bord de mer pour pêcher quelques oursins. Nous prenons la voiture jusqu’à un bord de mer où nous nous poserons pour l’après-midi. Stéphane enfile la combinaison et se lance. Et pendant ce temps, Cécilia lance un feu et sort le café. Nous nous ferons des choripan pour le 4 heures : du chorizo cuit au barbecue entre 2 tranches de pain eux aussi réchauffés au barbecue. Excellent ! Le soleil est là (no comment) et nous passons un excellent moment. Stéphane revient de sa pêche et me laisse la combinaison. Je partirai à mon tour à la chasse aux oursins. Inoubliable. À ne pas nous faire regretter d’être rentrés ! On fera cuire les oursins dans leur coque sur les braises du barbecue. Trop bon ! La journée n’aura pas été si mauvaise, elle nous laissera en tout cas d’excellents souvenirs.

Vendredi :
Sachant ce qu’il s’est passé la veille, nous ne nous risquerons pas à repartir. En revanche, vu le magnifique temps qu’il fait, nous décidons de remonter au sommet de la veille d’où la vue paraissait incroyable. Nous remontons et arrivés là-haut, plus de neige ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, l’essentiel de la neige a fondu ! Nous nous balladons donc sur le sommet. Los Dientes sont bien visibles et magnifiques. Nous profiterons de ce beau soleil et nous déjeunerons même sur place !! L’idée nous viendra de redescendre et de repartir en treks, mais trop d’incertitudes nous entourent. On ne sait pas ce qui nous attend là-haut, quel météo est prévue sur les prochains jours et si les 2 jours et 1/2 seront suffisants. Nous renoncerons finalement à contre-coeur, évidemment…

Samedi / Dimanche :
Les 2 derniers jours seront consacrés à une ballade en vélo et à pied sur l’île. Finalement, nous aurons un peu vécu au rythme de la ville pendant une semaine. Nous aurons peut-être même plus profité d’être au bout du monde, en prenant le temps. Un mal pour un bien ? C’est ce que nous nous dirons.

Une semaine au bout du monde dont nous nous souviendrons longtemps. Un coup de coeur. Pour Cécilia, son camping, les personnes rencontrées et cette journée pêche mémorable.

Take care.

Besos.

2 Réponses

  1. Pierrick aussi vous remercie pour le message vous pensez à tout gros bisous

  2. Merci pour la dédicace

Laissez un commentaire